.

Martine Pinsolle, "Nu"
Martine Pinsolle, Nu, 116 x 89 cm

Née en 1944 à Bordeaux.
Formation aux Beaux-arts de Bordeaux puis de Bayonne.
Vit et travaille près de Bayonne.

Peindre le corps pour Martine Pinsolle révèle son attachement à la tradition.
C’est un acte doublement mémoriel par le motif et le médium.
Le corps nu intéresse l’artiste parce qu’il est dépouillé de tout artifice qui puisse l’inscrire dans une réalité sociale ou environnementale. Elle aime son rapport essentiel à l’espace dans lequel le corps peut être en tension ou en abandon, en creux ou en plein, en lumière ou dans l’ombre.
L’acte pictural, à la fois froidement technique et émotionnel s’accomplit dans la description de la gestuelle corporelle avec laquelle elle partage la même énergie vitale.
Martine Pinsolle peint par séquences pour ne pas perdre le sujet auquel elle est attachée et parce qu’elle trouve à cette répétition le rythme vrai de notre vie, une sorte de scansion, de motif musical.
La représentation du corps est chez elle austère : absence de fond, postures parfois souffrantes ou comme figées dans un temps suspendu. Le dépouillement lui semble être le meilleur atout pour un échange avec le spectateur qu’elle veut installer dans un silence presque religieux.
Des variantes plus apaisées cependant : le corps peut se voiler, il devient
« autre », s’inscrit dans la narration qui généralement rebute l’artiste. Nous entrons alors dans un univers plus ou moins intime où les conversations restent secrètes et inaudibles. Même s’il lui arrive d’être pris dans les perspectives d’un décor, le corps reste le centre du propos. Le chromatisme et la lumière y gagnent juste en intensité.

« Dans ma démarche, la représentation de la figure humaine est un jeu constant de dévoilement de soi et des autres, ces proches qui ajoutent à ma propre identité.
Habillé ou nu, le corps est livré dépouillé sur des fonds uniformes, non habités, sans perspective, invitant l’œil à se recentrer sur les regards ou les lignes de force corporelles qui résument l’individu, assoient sa personnalité, le rendent souverain »

Martine Pinsolle a exposé au Cac Raymond Farbos du 6 février au 28 mars 2009